Lettre à Michelle Blanc sur les solutions "Faites-le vous même"

Bonjour Michelle, Je vous ai déjà rencontré il y a plusieurs années lorsque j’avais une boutique en ligne. Vous vous souvenez ? Je suis maintenant au développement des affaires pour […]

Bonjour Michelle,

Je vous ai déjà rencontré il y a plusieurs années lorsque j’avais une boutique en ligne. Vous vous souvenez ? Je suis maintenant au développement des affaires pour une solution comprise dans « les autres » de votre titre très (trop!) généraliste qui se nomme Panierdachat.

Je me désole aujourd’hui de voir ce qui est écrit ici. La plupart des points apportés font une généralité des plateformes ecommerce « faites-le vous-même » les gros méchants loups du web… Je comprend que certains fournisseurs proposent des offres bien en deçà de ce qui devrait être la norme mais il ne faut pas tous nous mettre dans le même bateau. Et encore moins en faire une promotion négative.

La raison pour laquelle nous avons développé une plateforme ecommerce (avec des travailleurs d’ici, des données hébergées au Canada et des expertises locales) est parce que la grande majorité des entreprises n’ont pas l’argent nécessaire pour investir 15, 20, 35K voire beaucoup plus pour un ecommerce sur mesure. Nous sommes à la base une agence qui concevait (et conçoit toujours) des sites web sur mesure. Être « locataire » a aussi tous ses avantages :

– Aucune ressource externe à engager (ex: travailleur autonome)
– Aucun frais de maintenance (parce que l’open source avec toutes leurs mises à jour de sécurité…que les clients ne mettent jamais à jour!)
– L’accès à une expertise en commerce électronique à peu de frais (pas besoin de payer un consultant à 300$/l’heure. La plateforme s’occupe d’optimiser les boutiques de leurs clients aux bonnes pratiques du web. ex: shema.org, sitemap XML soumis automatiquement à Google, boutiques entièrement « responsives » et adaptés aux mobiles, etc.) Après tout, les connaissances sur l’optimisation de sites web se trouvent facilement et gratuitement sur tous les « seomarketing.com » de ce monde!
– Aucun temps d’attente à savoir si notre agence ou notre programmeur a le temps de mettre à jour notre site web. (parfois plus d’une semaine d’attente!) Le client le fait lui-même, dans la seconde près!
– L’accès à avoir un site web transactionnel de très grande qualité à peu de frais par mois
– La possibilité d’enregistrer son propre nom de domaine avec tous les bénéfices SEO qui en découlent (ou de le faire enregistrer par la plateforme si on ne connait pas la méthode, car oui, acheter un domaine sur internet pour un marchand de détail qui n’a aucune connaissance en informatique n’est pas exclu!) Et ça ne veut pas dire que l’on manque tous d’intégrité. En fait, que ce soit une agence web, un consultant, un parent ou un ami, ça peut arriver que l’on en puisse recouvrer son nom de domaine. Tous ceux qui ont un peu d’expérience avec la gestion de domaines on certainement vécu un situation où le client ne pouvait récupérer son domaine…) C’est totalement faux de dire que les solutions Saas ont tous des sous-domaines. En fait, aujourd’hui pratiquement toutes les plateformes permettent d’utiliser leur propre nom de domaine. Affirmer cela, c’est ne pas connaître l’offre.
Lorsque je lis que des gens d’affaires, intelligents et supposément informés tombent dans le panneau, les bras me tombent. On fait des affaires ou on en fait pas. Les entrepreneurs ont acheté des licences de Microsoft depuis des décennies alors qu’ils auraient pu utiliser Linux… Pourquoi ne l’ont-ils pas fait alors ? C’est parce qu’ils ont besoin de support et de gens pour les accompagner, les guider dans leur processus. Les entreprises ne veulent pas être laissés à eux même. Ils ont besoin de ressources et n’ont pas les mêmes ressources monétaires non plus!

« Vous n’êtes pas chez vous ». Pas plus que si vous faites affaire avec une agence ou un programmeur. Vous serez toujours redevable d’un profesionniel. On ne s’en sort pas. Même votre hébergeur peut fermer ou faillir pendant plusieurs jours! Le coût relié au développement d’un site web sur mesure pour être 200x plus élevé que d’utiliser une plateforme SaaS. Nos clients qui n’ont pas le moyens de payer « sur le champ » 20K pour leur ecommerce pourront rester 10 ans avec nous sans atteindre ce coût. La puissance du modèle SaaS est dans la masse. Partageons les coûts raisonnablement et profitons d’expertise que nous en pourrions nous permettre individuellement. Il y a des gens qui sont en appartement ou dans une coopérative, qui le seront toujours et qui s’y plaisent. Je vois le SaaS davantage comme une solution communautaire que locataire. Chacun choisit ses mots!

Google Mon Entreprise, c’est bien, mais ce n’est qu’une étape parmi tant d’autres. Oser comparer la gratuité et le service offert par Google Mon Entreprise et les plateformes ecommerce ne font aucun sens. Ce n’est juste pas la même chose. Même au niveau SEO. Notre plateforme qu’on a bâti pour les marchands, on la veut pour qu’elle serve aux marchands. Qu’il soient le mieux positionné possible sur Google et qu’ils vendent. Notre outil est en place pour servir nos clients et non pas pour profiter d’eux avec un produit bas de gamme ou non efficace… Toutes les plateformes ne sont pas égales et n’offrent pas le même produit. Mettre toutes les plateformes SaaS sur un même pied d’égalité est un raccourci intellectuel dont vous devriez éviter. C’est dire que toutes les agences sont ci ou sont ça. J’ai entendu des histoires d’horreur de sites web ou boutiques en ligne développées par des agences qui ont coûté la peau des fesses. Des entreprises qui se retrouvaient sans sous pour promouvoir leurs services après avoir mis 30K dans leur site web. Est-ce que toutes les agences web développent ainsi, évidemment non!

Nous croyons que la plateforme Liki, bien que différente de la nôtre sur le modèle d’affaire, servait la cause du commerce en ligne au Québec. Un nivellement par le haut! Des développements pour adapter les fonctionnalités aux marchands québécois. Elles permettaient à leurs marchands d’avoir une solution de qualité fait ici pour promouvoir leur offre, tout comme nos marchands. La fermeture de Liki est dommage pour leurs marchands, mais pas une catastrophe. Oui, ils doivent trouver une autre option, et nous sommes en discussion avec nombreux d’entre eux. Ils ne sont pas négatifs par rapport à ce type de solution. Ils en voient les avantages, contrairement à vous.

Nous sommes une agence et avons développé une plateforme, nous avons une bonne vision de la situation. Pour les petites entreprises au Québec, une solution SaaS, est une option très intéressante et adaptée. En prétendre le contraire, c’est être de mauvaise foi. J’ai entendu à Paris des témoignages de grande entreprise utilisant des modèles SaaS et en être très satisfaits, cra tous els enjeux technologiques sont externalisés. Plus besoin de mises à jour, de débogages à l’interne. De frais non-prévus. Le SaaS, c’est comme un logement, c’est la tranquillité d’esprit. Affirmer que tous les SaaS sont à égalité et offrent tous un produit de marde, c’est ne pas avoir fait ses devoirs et être de mauvaise foi. Nous avons comme leitmotiv d’offrir un produit de qualité, accessible tant au niveau technologique que financier. Toutes les plateformes de « faites-le vous mêmes » n’ont pas tous cette vision, j’en conviens. Il faut donc faire la part des choses, et faire des nuances où il doit en avoir. Le but est que les entreprises rattrapent ce retard au niveau de la présence web et e-commerce, mais aussi aient une performance sur Internet. Nous y travaillons de concert avec eux, c’est ça le SaaS!

Je vous invite à regarder avant tout le bon côté des choses, de voir le verre à moitié plein avant de tout balayer du revers de la main. Poussons nos entreprises et développons le marché numérique du Québec. Dans la vie, comme partout, il n’y a rien de tout blanc ou tout noir.

Emanuelle

Vous aimerez aussi